Qu’est ce que la classification des données ?

La classification des données

Rédigé par Louise

30 janvier 2022

La classification des données est un processus qui consiste à analyser des données structurées ou non structurées et de les organiser en catégories. Cette organisation se fait en fonction du type et du contenu des fichiers. Pour lancer ce processus, il est nécessaire de rechercher certaines chaines de données dans les fichiers.

Comment définir la classification des données ?

La classification des données est une démarche qui vise à organiser les données par catégories en prenant en compte des critères convenus. Lorsqu’elle est bien planifiée, la classification favorise l’utilisation des données critiques avec plus d’efficacité et optimise leur protection dans l’ensemble de l’entreprise. Aussi, cette opération participe à la gestion des risques et des processus de connaissances légales et de conformité.

L’agence Kobia, experte en Data science, a publié de nombreux articles sur l’évaluation des modèles de classification.

Améliorer la sécurité des données

À partir de la classification des données, il est possible d’améliorer la sécurité des données et le respect de la réglementation. Elle permet notamment de sécuriser les données critiques de l’entreprise et des clients. À cet effet, le préalable pour l’entreprise est de connaître et de comprendre les données produites. Pour cela, il est nécessaire de répondre à un certain nombre de questions. Par exemple, l’entreprise doit savoir :

Quelles données sensibles elle possède ? Où ces données sensibles sont-elles hébergées ? Qui peut y accéder, les modifier ou encore les supprimer ? Quelle est l’incidence de la divulgation, de la modification ou de la destruction de ces données sur l’entreprise ?

À partir des réponses obtenues et des informations se dégageant sur l’aperçu des menaces, il sera possible de protéger les données sensibles en évaluant les niveaux de risque. Aussi, cela permet de hiérarchiser les initiatives et de planifier et mettre en place la protection des données ainsi que la détection des menaces.

 

Les outils de classification et le travail préliminaire

Pour faire la classification des données, il est nécessaire d’utiliser un certain nombre d’outils et de suivre tout un processus. Une bonne politique de classification des données doit être mise en œuvre et ensuite communiquée à tous les employés qui exploitent des données sensibles. Il faut que cette politique soit courte et prenne en compte une diversité d’éléments de base.

Avant d’en arriver aux étapes de la classification à proprement parler, il y a un travail préliminaire à réaliser.

  • Il est notamment nécessaire de fixer les objectifs de la classification. À ce propos, il est question de mettre en avant les raisons pour lesquelles l’opération sera initiée et les buts à atteindre.
  • Ensuite, le flux de travail à gérer doit être évalué. L’entreprise doit savoir comment organiser le processus de classification de données et quel sera son impact sur les employés qui exploitent les différentes catégories de données sensibles.
  • Aussi, il est bon de dessiner le schéma de classification des données. Il faudrait donc que les différentes catégories dans lesquelles les données classées soient créées.
  • Il faudra définir les propriétaires de données. À ce niveau, les rôles et responsabilités des unités commerciales sont clarifiés, de même que la façon de classer les données sensibles et de permettre leur accès.
  • Il est également recommandé de mettre en avant des instructions de manipulations. En se fiant aux normes de sécurité, les pratiques appropriées de traitement pour chaque catégorie de données sont précisées. Par exemple, on peut indiquer de quelle manière les données seront entreposées, les droits d’accès à fixer, comment partager les données, quand les encrypter et quels sont les termes de sauvegarde. Comme les lignes directrices peuvent changer, il est conseillé de les garder dans un document distinct.

Le processus de classification des données

 

Après ce travail préliminaire, on entre dans le processus de classification en lui-même.

L’identification des données sensibles

 

L’une des étapes importantes de celui-ci est l’identification des données sensibles. Il est possible d’automatiser l’identification des données en utilisant des applications dédiées. Celles-ci permettent de déterminer les systèmes et les ressources pouvant contenir des informations sensibles. Certains de ces outils indiquent même le volume des données ainsi que leur potentielle catégorie.

Mise en place des étiquettes

Une autre étape de la démarche est la mise en place des étiquettes. Ce qu’il faut faire à ce propos consiste à attribuer à chaque ressource de données sensibles une étiquette. Cela permet d’améliorer la mise en œuvre de la politique de classification des données. Vous pouvez automatiser l’étiquetage en fonction du schéma de classification des données. Il est possible aussi de le faire de façon manuelle.

Si vous savez quelles données sensibles vous possédez et quels sont leur emplacement et leur lieu de stockage, pensez à passer en revue vos stratégies de sécurité. Vous saurez ainsi si toutes les données sont protégées par des mesures appropriées aux risques encourus. Le classement de toutes vos données sensibles permet de donner la priorité à vos initiatives, à contrôler les coûts et à rendre meilleur les processus de gestion de données.

Les données évoluent

Notez que les données ne sont pas figées. Elles ont tendance à évoluer. Aussi, chaque jour, il y a une nouvelle création de fichiers, tandis que d’autres sont copiés, déplacés, voire même supprimés. Cela dit, il faut que la classification des données soit un processus continuel dans l’entreprise. Il est surtout important que soit mise en place une bonne stratégie d’administration de la procédure de classification des données afin d’être sûre que toutes les données sensibles sont bel et bien protégées.

Classification des données, catégorisation des données, regroupement, clustering

Lancer un processus de classification est envisageable en vue de renforcer la sécurité des données. Cela permet aux entreprises de tenir compte des normes de conformité dans le cadre de la protection des données spécifiques, telles que les données financières et les dossiers de santé. Aussi, la classification oblige à se conformer au RGPD, notamment dans l’utilisation des données personnelles des résidents de l’UE. C’est également un processus permettant de déterminer là où se trouvent les différentes catégories de données et de s’assurer que les contrôles de sécurité appropriés sont en place. Aussi, il permet de tracer facilement les données et de les consulter en toute aisance en respectant les règlements en vigueur. Si vous axez vos initiatives de conformité sur les données qui sont soumises aux réglementations qui vous guident, vous pourrez passer les audits sans problème et assurer le maintien de la conformité au jour le jour.

Image à la Une Jessica Flores sur Dribbble

Lire aussi…

Qu’est-ce que l’Atomic Design ?

Qu’est-ce que l’Atomic Design ?

Brad Frost, l’inventeur de l’Atomic Design (Frost 2015), est parti du constat que la conception “page par page” ou...