Twitter

Qu’est-ce que la Loi de Miller ?

Par dans Expérience Utilisateur |

loi-de-Miller

 

La loi de Miller a été évoquée et mise en évidence dans l’un des articles du psychologue cognitif Georges A. Miller publié en 1956. Dans cet article, il apparait que la mémoire à court terme de l’humain moyen ne peut mémoriser que 7 éléments, plus ou moins 2. Découvrez en détail ce que cela signifie réellement.

La hantise de Miller pour le nombre entier 7

Georges A. Miller n’a pas fait de mystère sur la hantise qu’il avait pour le nombre entier 7. Il le signifia dans son article « The Magical Number Seven, Plus or Minus Two: Some Limits on our Capacity for Processing Information ». Le psychologue cognitif indiqua que le nombre entier 7 le persécutait. Et que pendant 7 ans, ce nombre l’a suivi dans ses données les plus privées. Il poursuit en avançant que le fameux 7 l’a même « attaqué » à partir des pages des revues les plus publiques. Comprenez par là qu’il retrouvait toujours le 7 dans la presse. Certains diront que c’est une pure coïncidence. Mais cela a fini par intriguer le psychologue. Pour Georges A. Miller, deux explications pouvaient justifier cette situation. Il s’est dit qu’il avait quelque chose de particulier et d’inexplicable avec ce nombre entier ou que c’est lui qui souffrait de délires de persécution.

Une loi mettant en évidence la capacité limitée de mémorisation de notre mémoire

Le psychologue a donc décidé de s’intéresser profondément au 7. Il a cherché à savoir comment la mémoire de l’Homme l’appréhendait véritablement et en est arrivé à une remarque. Il a constaté qu’en moyenne, les gens ne peuvent que conserver en mémoire environ 7 unités de nouvelles informations « plus ou moins 2 », soit 5 à 9 informations en mémoire à court terme. C’est de là qu’est née la loi de Miller qui a été testée sur une large population. Et il s’est avéré qu’effectivement, en moyenne, la limite de précision de la mémoire humaine à court terme est 7, plus ou moins 2. Plusieurs scientifiques ont travaillé pour faire une démonstration claire de cette loi. Ces derniers ont conclu que cette loi se vérifie, mais qu’il est impossible de la démontrer.

Les limites de la loi Miller

 

limites-de-la-loi-Miller

 

En se basant sur cette loi, le nombre entier 7 est perçu par beaucoup comme un nombre magique. Toutefois, de récentes recherches menées notamment par J. Farrington et publiées en 2011 concluent qu’il n’y a rien de magique en ce nombre et que cette approche est juste fondée sur une interprétation de l’article de Miller. Ces travaux scientifiques font état que dans la pratique, le nombre de nouveaux éléments pouvant tenir dans la mémoire à court terme ne serait que de 3 ou 4.

Une chose est sûre, il est possible de surmonter les limites de la loi de Miller. Pour cela, il vaut mieux organiser l’information en des morceaux familiers afin de la mémoriser facilement, comme c’est le cas avec le numéro de téléphone. C’est d’ailleurs cette façon de faire qui rend efficace les procédés mnémotechniques à découvrir dans les méthodes de mémorisation.